Pub

samedi 29 août 2009

De la fiabilité des poker rooms

Beaucoup ont déjà du en entendre parler, les poker rooms Eurolinx et BetonBet (rachetée par Eurolinx quelques mois auparavant), du réseau Microgaming, ont fait faillite. Cela signifie tout simplement que ces poker rooms n'ont plus d'argent et qu'elles ont cessé leur activité, emportant avec elle l'argent des joueurs et de tous les partenaires financiers. Apparament, une quarantaine d'employés auraient été licensiés du jour au lendemain sans avoir touché leur dernier mois de salaire.

Cette faillite m'a d'autant plus surpris qu'Eurolinx était certainement une des rooms avec la meilleure réputation depuis plusieurs années. J'ai moi même bénéficer pendent les 18 mois ou j'y ai joué d'un support client irréprochable, de cash-out rapides et de bonnes offres pour finalement comme beaucoup de joueurs y perdre une partie de ma bankroll.

Au-dela de la frustration générée par l'amputation de ma bankroll, apparament due aux manipulations du CEO d'Eurolinx, Jo Remme dont la photo est affichée dans cet article, il y a plusieurs axes de reflexions qui découlent de cette affaire:
  • BetonBet avait une licence a Malte. En théorie, cela signifie que l'argent des joueurs est protégé. Il sera très intéréssant de voir si les joueurs seront remboursés ne serait-ce qu'une partie de leur bankroll. Si ce n'est pas le cas, cela signifie que la licence Maltaise ne protège en rien les joueurs et n'a pas plus de valeur qu'une licence de n'imoprte quelle territoire exotique;
  • Eurolinx avait une licence a Curacao (Antilles Néerlandaises), et là, rien n'est garanti pour l'argent des joueurs. C'est également à Curacao que sont licensiés par exemple bon nombre de poker rooms du réseau Cake ou encore poker770;
  • Nécessité de répartir sa banrkoll afin de diminuer les risques de tout perdre. Ceci complique un peu la gestion de bankroll mais je pense que c'est un mal nécessaire pour éviter de tout perdre lorsqu'il y a un problème avec une poker room. Ceci rejoint également l'idée qu'on ne devrait jouer au poker que l'argent que l'on peut se permettre de perdre;
  • Minimiser les risques en évitant les petites poker room et en ne jouant que sur les grosses rooms. Il est difficile de définir quelle poker room est plus sûre qu'une autre. En effet, Full Tilt par exemple, a une licence a délivrée par "Kahnawake Gaming Commission", qui est l'autorité qui a donné et continue de donner une licence a Absolute et UltimateBet malgré les problèmes de tricheries que l'on connait. D'autre part, Full Tilt ne dépend que du poker, et sa réussite dépend essentiellement du fait qu'elle accepte les joueurs américains. Mais qu'en sera-t-il des chances de Full Tilt lorsque les USA délivreront des licences s'ils refusent Full Tilt ? Les mêmes questions se posent pour PS par exemple;
  • La faillite d'Eurolinx représenterait-elle l'arbre qui cache la foret? Je ne vais pas citer des noms de rooms pour lesquelles des doutes existent mais récemment on a vu des reglements de compte de dirigieants d'une poker rooms évoquant des problemes de liquidites et des offres allant a l'enfcontre de la politique du réseau auquel elle appartient.

Pour ma part, j'ai fait le choix de me tourner vers Ladbrokes qui était déjà une de mes rooms favorites. C'est une société cotée en bourse, qui publie donc ses comptes, possède quelques millier de boutiques en Angleterre, propose de très bonnes offres et dont le poker ne représente qu'une partie de son business. Il est donc très peu probable que cette société qui à priori offre plus de garantie que la plupart des poker rooms, y compris Poker Stars et Fulltilt, disparaisse du jour au lendemain, mais je continue tout de même a répartir ma bankroll pour éviter ce que j'ai déjà pu éviter une premiere fois: perdre la totalité de ma bonkroll.

Et pour rester cohérent avec mes convictions et revenir à des nouvelles plus réjouissantes, n'oubliez pas la rake race mensuelle que j'organise sur Ladbrokes et dont la première démarre le 1er septembre septembre avec tous les détails ici !

5 comments:

Eiffel a dit…

avant de rembourser les clients, on paye les salaires des employés (car eux ont besoin de cet argent pour vivre!)
ensuite, je crois que c'est l'état qui se sert (ursaff et compagnie) les fournisseurs puis les clients...

autant dire que si les salaires ne sont pas payés, quelque soit la licence (avec un "c" en francais)....

pour pokerstars, il me semble très sécurisé:
http://www.pokerstars.com/fr/poker/room/faq
à la question: "utilisez-vous le solde de mon compte pokerstars pour vos frais de fonctionnements ou est-il conservé sur un compte isolé"

Blaherv a dit…

Oui, exactement, les joueurs passeront en dernier. Il faut y ajouter l'argent aussi à donner aux liquidateurs...

Pour BetOnBet aussi, normalement les joueurs avaient l'assurance d'avoir le solde de leur compte isolé, car c'est même écrit dans les conditions d'attribution de la licence Maltaise, et pourtant je doute que les joueurs revoient un jour leur argent, donc il faut accorder très peu de confiance à ce genre de paroles.

(merci pour l'orthographe de "licence", j'ai tellement l'habitude de le voir écrit en anglais... J'édite l'article parce que ca fait trop moche !)

Anonyme a dit…

bonjour à tous,

je me permets de réagir à vos commentaires. Je n'ai jamais posté avant mais je lis avec attention ton blog.
Je réagis par rapport au service que rend la poker room en conservant l'argent du client.Cet argent ne rentre pas du tout dans les comptes d'activité de la société. Cet argent est conservé à part, un peu comme une banque qui conserve votre argent (il est cantonné). Et lors de la liquidation de la société il est traité à part, ce n'est pas un actif appartenant à la poker room. Donc il faut faire la différence entre la faillite de la société (qui normalement ne touche pas ces actifs cantonnés) et l'utilisation frauduleuse (c'est à dire le directeur financier ou tout autre employé qui se sert dans ces comptes).
Dans le premier cas pas de soucis, dans le deuxième, faillite + fraude =vous ne retrouverez rien.

Voilà, j'espère ne pas être trop chiant dans mon explication.

Blaherv a dit…

Non, pas chiant du tout, c'est bien résumé ! Mon inquiétude est que la séparation de l'argent des joueurs des comptes des joueurs ne soit pas respectée puisque les joueurs ne touchaient plus leur cash-out depuis plusieurs semaines.
Ceci pose une réelle question sur le controle des rooms malgré le fait que des licences officielles soient attribuées, en particulier par Malte, un état de l'Union Europoéenne.

Anonyme a dit…

Effectivement,
je te rejoins et on peut se dire que si des sociétés comme Enron, ou des acteurs financiers comme Maddox aux états unis peuvent frauder, les sociétés que tu décris avec des licences exotiques sont certainement hors la loi.
Tant que le business est rentable, ça va, dès que l'activité périclite, on met l'argent dans des valises et on l'encaisse dans une des banques des Caymans ou des Bahamas !

Enregistrer un commentaire